skip to content
musiquemichellambert

Apprentissage 2

L'apprentissage de la trompette

Le réchauffement

Lors de mon dernier article, nous avons porté une attention particulière aux consignes et exercices afin de bien débuter l’apprentissage de la trompette. Dès que l’élève est en mesure de produire une sonorité satisfaisante, Il faudra élaborer une bonne routine de travail qui lui permettra développer les éléments physiques déterminant dans l’apprentissage progressif de la trompette.

Le réchauffement est un élément primordial de la routine de tout trompettiste désireux de se développer. Le but la séance de réchauffement étant de bien préparer tout le système musculaire à entreprendre la journée de pratique personnelle ou toute répétition d’ensemble. Sans un réchauffement adéquat, les lèvres des trompettistes pourront enfler et restreindre la circulation sanguine apportée aux muscles autour de lèvres, ce qui rendra difficile le contrôle de l’instrument dans les différents registre (grave et aigu).

En quoi consiste donc un bon réchauffement? Je suggère de toujours commencer la séance de réchauffement en exécutant les exercices préliminaires mentionnés au premier article de cette série en respectant bien les consignes s’y rattachant. On pourra par la suite préparer les muscles du visage à bien se détendre en exécutant des valeurs longues qui nous conduirons au registre grave de l’instrument.

Exercice #1 :

Avant de commencer, il faut prendre une bonne respiration. En soutenant la note surmontée d’un point d’orgue, concentrez-vous sur sa sonorité : une bonne vibration des lèvres donnera à coup sûr une belle sonorité. Attention aussi à la justesse : veillez à ce que le son demeure stable quant à son intonation.
On peut tenir chaque note surmontée d’un point d’orgue jusqu’à épuisement de l’air emmagasiné dans les poumons. Tout au cours de l’expiration, il faut garder la cage thoracique bien élevée afin que travaille de façon adéquate toute la musculature en jeu.

Lorsque l’on commence à sentir la fin des réserves d’air, il faut pousser l’air restant, comme pour faire un crescendo. Cette stratégie permettra de conserver le volume initial de la note, malgré la faible quantité d’air en réserve. Une fois les poumons vidés, il faut continuer à pousser encore quelques secondes en contractant bien les muscles abdominaux. Vous verrez qu’il est toujours possible d’expirer une toute petite quantité d’air hors des poumons malgré la sensation de vide ressentie depuis un moment. Si l’on ressent une petite douleur au niveau des muscles thoraciques, abdominaux et même dorsaux, dites-vous que c’est tout à fait normal. C’est même la preuve que l’exercice est bien réalisé et que la musculature commence sa formation. Cet exercice développera la force musculaire nécessaire pour fournir une pression d’air correcte, principe de base pour le contrôle de l’instrument.

On peut descendre ainsi jusqu’au Fa # grave. En jouant dans le registre grave, l’élève apprendra ainsi à détendre les muscles du visage et des lèvres. Plus on descend, plus il faut penser aussi à prononcer le son «Aw» avec la langue.

Après quelques semaines, lorsque la sonorité du Fa # grave est bien maîtrisée on peut débuter l’apprentissage du registre « pédale » de l’instrument.  Les notes pédales sont les notes plus graves que le registre normal de la trompette c’est-à-dire en bas du Fa # grave. Celles-ci aideront les trompettistes à améliorer entres autres la vibration des lèvres tout en relaxant la musculature autour de celles-ci. Les notes pédales devront toujours être jouées sans changer la position des lèvres sur l’embouchure.

Commencez par jouer un do grave, par exemple, en essayant par la suite de descendre cette note d’un demi-ton sans le secours des pistons ; (voir l’exercice #2) pour y parvenir, vous pouvez détendre les muscles autour des lèvres tout en poussant un peu plus d’air dans l’instrument. Pour vérifier votre travail, jouez ensuite la note située un demi-ton plus bas, le Si, grâce au doigté réel. Vous devriez pouvoir réussir à détendre les muscles faciaux de façon à obtenir ce son sans difficulté.

Reprenez ensuite du Si et poursuivez l’exercice selon le même principe. N’oubliez pas de bien pousser l’air entre les notes. Une fois le Fa « pédale » bien maîtrisé on peut continuer à développer le registre pédale de la même manière jusqu’au Ré b pédale. La note pédale la plus difficile à jouer est cependant le Do juste en dessous. Il se peut que l’on soit obligé d’essayer à plusieurs reprises avant d’y parvenir. Tentez d’abord de bien détendre les muscles des joues, comme pour prononcer le son «Aw», sans cependant changer la position des lèvres. Au moment de libérer l’air, ne tentez pas de contrôler le son qui sort de l’instrument; laissez simplement résonner la note jouée, quelle qu’elle soit, tout en essayant en revanche d’en stabiliser le son. Vous obtiendrez probablement une note plus grave que le Do recherché, mais il est préférable dans ce cas d’apprendre d’abord à maîtriser la sonorité pour ensuite viser la bonne hauteur en contractant quelque peu les muscles autour des lèvres. Pour ce faire, Il est parfois utile d’essayer d’abord avec l’embouchure seulement, pour ensuite reprendre avec l’instrument.

 

Exercice #2 :

Plusieurs grands trompettistes utilisent régulièrement des sons tirés du registre pédale pour bien réchauffer ou détendre les muscles des lèvres.

Après une courte pause, il faudra maintenant préparer la musculature à se contracter vers le registre plus aigu. C’est le moment d’apprendre aux muscles des lèvres et du visage à bien se contracter vers l’embouchure. C’est aussi le temps d’utiliser la force d’expulsion d’air que l’on a développée à l’exercice #2.

 

Exercice #3 :

Lentement

Chaque trait devra être joué en une respiration afin de bien s’assurer de conserver la même position des lèvres sur l’embouchure tout au long de l’exercice. On pourra pour ce faire augmenter la vitesse de portée en portée. Si l’on éprouve de la difficulté à y parvenir, il faudra alors respirer par le nez en conservant l’embouchure en place et reprendre la dernière note jouée pour ensuite continuer. Veillez à garder une belle sonorité tout au long de l’exercice. Une fois la première ligne exécutée il faudra se reposer environ le même temps que l’on a joué afin de bien laisser le sang circuler et ainsi permettre à la musculature de récupérer. Lorsque la première portée sera bien exécutée, procédez avec les suivantes une à une en vous assurant que la sonorité ne sera jamais forcée.

Un bon réchauffement sera garant d’une bonne répétition.

Michel Lambert
Professeur agrégé
École de musique
Université de Sherbrooke
Courriel : michel.lambert@usherbrooke.ca

Michel Lambert détient un Baccalauréat en interprétation jazz de l’Université Concordia et une Maîtrise en interprétation classique de l’Université de Montréal.

Présentement professeur agrégé à L’Université de Sherbrooke, il a enseigné la trompette classique et jazz à l ‘intérieur de plusieurs écoles à concentrations musicales de la province ainsi qu’au Cégep Saint-Laurent, au Cégep Marie Victorin, à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université Concordia. Michel est aussi artiste clinicien pour les trompettes Yamaha.

Il a produit au cours des dernières années trois volumes sur « l’entraînement progressif des éléments physiques liés à l’apprentissage de la trompette » disponible chez JCL Cartier Orchestration et chez Musiclub.